0970 407 107 (prix d'un appel local)

Comment calculer son taux de rendement en portage salarial ?

Vous êtes freelance et vous souhaitez vous lancer en portage salarial ? Ce système innovant séduit de plus en plus de consultants indépendants ! Il vous permet de conserver les avantages du statut de salarié tout en restant autonome sur le choix de vos clients et de vos services. Le fonctionnement de cette forme d’emploi, régi par un cadre légal strict, est basé sur une relation contractuelle entre trois entités distinctes. Vous signez un contrat en CDD ou en CDI ainsi qu’une convention de portage avec une société de portage salarial. Lorsque vous trouvez une mission, vous négociez directement sa durée et votre tarif journalier moyen, ou TJM, avec votre client. Vous mettez l’entreprise en relation avec la société de portage qui s’occupe de la facturation et du versement de votre rémunération. Nous vous proposons de découvrir comment calculer votre salaire et votre taux de rendement en portage salarial.

Portage salarial : quel est mon taux de rendement sur mon chiffre d'affaires ?-1

Calculer son salaire brut mensuel

Le salaire brut d’un consultant correspond au montant total des honoraires qu’il facture à ses clients ainsi qu’à ses congés payés. Le salarié porté est libre de fixer ses propres tarifs. Contrairement au statut de micro-entrepreneur, il n’y a pas de plafond de chiffre d’affaires à respecter en portage salarial. La convention collective des salariés en portage adoptée en juillet 2017 prévoit cependant un salaire minimum obligatoire. Il correspond à un pourcentage défini du plafond de la Sécurité sociale en fonction du niveau d’ancienneté ou du type de forfait proposé :

  • 85 % pour un consultant indépendant en forfait journalier ;
  • 75 % pour un salarié porté sénior ;
  • 70 % pour un junior.

Les barèmes du plafond de la Sécurité sociale sont revalorisés chaque année. Pour plus d’informations, vous pouvez les consulter sur le site de l’URSSAF. En règle générale, on estime que le tarif journalier moyen (TJM) d’un consultant doit être supérieur à 300 euros

Le salaire brut mensuel sert de base pour le calcul des revenus nets perçus par le travailleur indépendant, une fois les cotisations sociales, la mutuelle d’entreprise obligatoire et les frais de gestion déduits. 

Prévoir les frais de gestion en portage salarial

La société de portage salarial met en place un accompagnement personnalisé de l’activité du salarié. Elle s’occupe aussi de sa gestion administrative et comptable. C’est elle qui établit les contrats de travail, les facturations et les bulletins de salaire, et qui récupère la TVA auprès des clients. Elle peut proposer un grand nombre de services professionnels avantageux comme une assistance juridique, une assurance de responsabilité civile professionnelle ou un accès privilégié à des formations. En contrepartie, le consultant doit s’acquitter de frais de gestion qui correspondent à un pourcentage de son chiffre d’affaires. 

Les frais de gestion varient selon les sociétés de portage et peuvent expliquer un écart significatif dans le calcul du taux de rendement. Ils se situent en moyenne entre 5 et 10 % du chiffre d’affaires et sont souvent dégressifs. Avant de vous décider, n’hésitez pas à comparer les offres des sociétés de portage. Vous pouvez leur demander une simulation de votre prochaine rémunération en leur transmettant une estimation de votre chiffre d’affaires mensuel et de vos frais professionnels ainsi que votre taux d’imposition. De nombreuses sociétés de portage salarial proposent des outils de simulation en ligne. 

Déduire les cotisations sociales

Dans le cadre du portage salarial, le consultant est tenu de s’acquitter des cotisations sociales, soit des charges patronales et salariales. Les charges patronales de 33 % sont appliquées sur le chiffre d’affaires hors taxes (HT), frais de gestion déduits. Les charges salariales sont de 23 % sur le salaire brut obtenu. Versées directement à l’URSSAF, ces cotisations permettent au salarié porté de bénéficier d’une couverture sociale complète en ouvrant des droits pour : 

  • l’assurance maladie en cas d’arrêt de travail et de remboursement des frais de santé ;
  • l’assurance chômage en cas de rupture de contrat ou d’arrêt de l’activité salariée ;
  • les allocations familiales ;
  • l’aide au logement ;
  • le régime de retraite de base ;
  • etc.

Portage salarial : quel est mon taux de rendement sur mon chiffre d'affaires ?-2

Estimer les frais professionnels liés à l’activité

Des frais professionnels doivent être envisagés dans l’exercice de l’activité du consultant. Les frais de fonctionnement sont inhérents au bon déroulement des prestations, comme un forfait téléphonique, un abonnement internet, du matériel informatique ou l’achat d’outils en ligne. D’autres frais correspondent aux dépenses engagées lors de la réalisation des missions comme les frais de bouche, de déplacement, voire d’hébergement. Les frais de mission peuvent être négociés avec le client et faire l’objet d’une facturation. 

Les frais qui n’ont pas été refacturés au client peuvent être remboursés par la société de portage à hauteur de 30 % du montant du salaire brut. Les dépenses transformées en frais de fonctionnement permettent ainsi d’optimiser le taux de rendement. Le remboursement des frais professionnels ne constitue pas un salaire, ils ne sont pas imposables et ne sont pas soumis aux cotisations sociales. Il augmente donc significativement le revenu net du salarié porté. Afin d’en bénéficier, ce dernier devra présenter les justificatifs de ses dépenses. 

Définir son taux de rendement en portage salarial

Exemple de calcul du taux de rendement

La rémunération nette du consultant porté après déduction des charges sociales et des frais de gestion se situe donc entre 45 et 50 % du total facturé aux clients. Par exemple, si votre chiffre d’affaires est de 10 000 euros par mois et que les frais de gestions s’élèvent à 5 %, soit 500 euros :

  • les charges patronales représentent 33 % de 10 000 – 500 (frais de gestion), ce qui donne 9 500 x 0,33 = 3 135 € ;
  • le salaire brut s’élève à 9 500 – 3 135 = 6 365 € ;
  • les charges salariales de 23 % se calculent sur ce montant : 6 365 x 0,23 = 1 464 ;
  • le salaire net est donc de 10 000 – 500 – 3 135 – 1 464 = 4 901 €
  • le taux de rendement se calcule avec une règle de trois très simple, il correspond au salaire net multiplié par 100 et divisé par le montant du chiffre d’affaires : 4 901 x 100 / 10 000 = 49,01 %.

Il est possible d’optimiser le taux de rendement jusqu’à 70 %. Outre le remboursement des frais de fonctionnement, certaines sociétés de portage proposent de reverser la TVA collectée sur les frais professionnels aux salariés portés. Si la société de portage dispose de dispositifs d’épargne salariale, le consultant peut convertir une partie de ses revenus en épargne de façon volontaire, selon les conditions prévues par l’accord d’entreprise. Les sommes versées sont moins taxées que les revenus, car l’épargne salariale bénéficie d’avantages fiscaux et est exonérée d’impôts sur le revenu. 

En résumé, pour définir votre rémunération nette, vous devez analyser l’ensemble de vos frais : frais de gestion, cotisations salariales et frais professionnels. Le taux de rendement se situe en moyenne entre 45 et 50 % du salaire brut. Vous pouvez l’optimiser grâce au remboursement des frais de fonctionnement et de la TVA, ainsi qu’en souscrivant à un dispositif d’épargne d’entreprise. 

Nous vous recommandons ces autres pages :

Intéressé par le portage salarial ?