Consultant indépendant : portage salarial ou profession libérale ?

Consultant indépendant : portage salarial ou profession libérale ?

Les consultants indépendants ont le choix entre plusieurs statuts pour exercer leur activité. Le portage salarial et le statut de profession libérale constituent deux choix très différents, qui correspondent à deux façons d’envisager son environnement professionnel et financier.

Parmi les différents statuts que peuvent choisir les consultants indépendants, nous zoomons sur une comparaison entre le portage salarial et le statut de profession libérale.

En portage salarial, vous n’avez pas d’interruption avec un parcours de salarié. La société de portage signe d’une part un contrat commercial avec votre client, et d’autre part un contrat de travail avec vous.

En profession libérale, le système est déconnecté d’un parcours en salariat. Il nécessite une organisation administrative et financière adaptée.

C’est votre façon d’anticiper et de gérer les risques qui vous orientent le plus souvent vers l’un ou l’autre de ces statuts.

Portage salarial : statut sécurisé et gestion cadrée

Bulletins de salaire mensuels. Vous êtes rémunéré en salaire dès la fin du premier mois travaillé chez votre client. Vous pouvez lisser votre volume d’affaires sur le nombre de mois que vous souhaitez.

Régime général de la sécurité sociale. Les cotisations sociales garantissent la même protection sociale que les salariés en matière de maladie, maternité, retraite et chômage.

Frais professionnels encadrés. Vous pouvez déduire vos frais professionnels de votre chiffre d’affaires jusqu’à 30% de votre salaire brut mensuel. La société de portage est garante de la justesse des frais déclarés en cas de contrôle Urssaf.

Gestion administrative et financière. L’ensemble des tâches administratives (rédaction des contrats, facturation, comptabilité, déclaration TVA) sont effectuées par la société de portage.

Profession libérale : statut flexible et prise de risque

Notes d’honoraires et rémunération. Vous percevez un revenu, calculé sur la base de votre résultat, lorsque vos clients ont réglé les notes d’honoraires ou les factures que vous leur avez fait parvenir. La rémunération globale nette est supérieure à un fonctionnement en portage, du fait que les cotisations sociales, et par ricochet les prestations offertes (maladie, incapacité, retraite…) soient moindres. Il n’y a pas de cotisation à l’Assurance chômage.

Frais professionnels. Les montants de déduction des frais professionnels sont élargis. En cas de contrôle, les professions libérales sont directement responsables des éventuelles entraves à la législation.

Assurances à souscrire. Les taux de cotisations sociales des professions libérales, plus bas que pour le portage salarial, offrent un niveau de couverture inférieur. La souscription de contrats d’assurances complémentaires est indispensable pour se protéger soi et ses proches, en cas de maladie ou pour préparer sa retraite. La cotisation à l’Assurance Chômage n’est pas envisageable.

Gestion administrative et financière. L’ensemble des tâches administratives et financières (facturation, relances, TVA, déclarations Urssaf, bilans comptables, déclarations fiscales…) sont à réaliser par soi-même ou à confier à des prestataires.