Mission informatique chez le client : les bons réflexes à adopter

Rejoindre un projet informatique chez le client quand on est consultant.e indépendant.e, ce n’est pas la même chose que par le biais d’un recrutement en CDI. Pour trouver sa place et poser les bases d’une collaboration sereine, autant adopter de bonnes pratiques dès le départ.

 

Lorsque vous décrochez une mission en tant que consultant informatique en portage salarial, vous avez une première étape de négociation de votre intervention avec l’entreprise cliente. Sur cette base, la société de portage salarial signe un contrat commercial avec votre client, et un contrat de travail, CDI ou CDD, avec vous. Les modalités juridiques de votre intervention divergent de celles d’un salarié classique, car vous n’avez pas signé de contrat de travail avec le client. Sur quel mode de fonctionnement au quotidien faut-il se mettre d’accord pour bien engager la mission ?

Bien commencer la mission

Lors de l’arrivée dans l’entreprise au commencement de la mission, un temps d’accueil et de présentation du nouvel intervenant est à instaurer. Il permet au consultant indépendant de se présenter à l’ensemble de l’équipe et de contextualiser son intervention en tant qu’expert externe.

Points réguliers avec le client

Pour le bon déroulement de la mission, la posture du consultant se situe à mi-chemin entre celle d’un salarié et celle d’une entreprise prestataire. En instaurant des échanges réguliers avec le commanditaire dans l’entreprise, le consultant s’assure de la satisfaction de son client. Cela permet d’éviter des situations conflictuelles nées d’un manque de communication et d’anticipation des frictions. Il ne s’agit pas pour autant d’échanges formels entre un salarié et un employeur, dans la mesure où il n’y a pas de contrat de travail entre les parties.

Le consultant se positionne dans une posture de fournisseur de services. S’assurer que la prestation répond aux objectifs fixés est essentiel. Le consultant indépendant ne se concentre cependant que sur la réalisation technique de la mission et non sur la relation contractuelle. C’est la société de portage salarial qui assure la gestion administrative et financière ce cette relation fournisseur tripartite.

Le fait de dissocier l’exécution de la mission et la facturation de la prestation est un vrai confort pour le consultant informatique indépendant. À la différence des consultants exerçant sous un de SARL / SASU ou de profession libérale, il n’a pas à surveiller le bon règlement des factures. C’est la société de portage salarial qui s’assure du suivi des dates de facturation, de l’édition et de l’envoi des factures, ainsi que des relances et même de la gestion des impayés.

Anticiper l’éventuel renouvellement de la mission

La mission s’engage sur une période fixée. Lorsqu’il semble possible que la mission soit rallongée, l’anticipation est de mise. Cela vous permet de ne pas savoir à la dernière minute ce qu’il en sera pour vous. De l’autre côté, l’entreprise cliente ne se retrouvera pas avec un membre de l’équipe opérationnelle en moins sans y être préparée. Juridiquement, le délai de préavis est de 20 jours. Pour autant, libre à vous d’aborder le sujet en l’anticipant davantage en amont. La clarté est toujours préférable au flou.

La déclaration du nombre de journées d’activité dans le mois

Vous vous mettez d’accord, avec votre client, sur le mode de comptage mensuel des journées d’intervention. C’est sur la base du compte-rendu d’activité, que vous transmettez à la société de portage, que le montant de la facture envoyée à votre client est calculé. Il est préférable qu’il n’y ait d’incompréhension à ce sujet.

Il en est de même pour les frais de mission que vous transmettez à la société de portage salarial afin qu’ils soient refacturés. Ils doivent être conformes à ce qui a été prévu. En recueillant un aval précis à ce sujet, la refacturation se déroulera de manière fluide.

La gestion des congés et l’exercice de l’autorité hiérarchique

La pose de congés par le consultant se fait dans le cadre d’un échange avec le client. Pour autant, le consultant indépendant n’est pas contraint par les règles applicables aux salariés de l’entreprise cliente, du fait qu’il n’en est pas salarié. En pratique, la fixation des dates de congés se fait en bonne intelligence et intégration des contraintes de chacun.

D’un point de vue juridique, qu’il s’agisse des congés ou d’organisation du travail, le consultant indépendant est placé sous l’autorité hiérarchique et disciplinaire de la société de portage et non de l’entreprise cliente. La responsabilité employeur est assumée pleinement par la société de portage qui assure la gestion administrative, comptable et sociale de ses salariés.

Si la mission ne se déroulait pas de la façon prévue dans le contrat commercial, la société de portage peut intervenir, à votre demande, pour rééquilibrer s’il était nécessaire les conditions de votre intervention.