Portage salarial : les consultants portés cotisent aux caisses de retraite des salariés

Portage salarial : les consultants portés cotisent aux caisses de retraite des salariés

Le régime des retraites est souvent en tête des rubriques de l’actualité sociale ces dernières années. Une chose ne change pas. Les consultant.e.s en portage salarial cotisent aux mêmes caisses de retraite que tous les salariés. Ils dépendent du régime général de retraite des salariés et des dispositifs de retraite complémentaires des cadres et des non-cadres.

En ayant recours au portage salarial pour mener vos missions chez votre ou vos client(s), vous bénéficiez d’un contrat de travail avec votre société de portage. Cette dernière signe avec votre client un contrat commercial. Le contrat de travail de votre côté vous confère le statut de salarié. À ce titre, vous cotisez comme tous les salariés au régime général de la sécurité sociale et à l’Assurance chômage. Il en est de même pour la retraite : vous dépendez du régime général de retraite des salariés et des dispositifs de retraite complémentaire réservés aux salariés.

Les cotisations retraite sont gérées par la société de portage

En portage salarial, vous n’avez pas vous occuper du calcul et du versement des cotisations aux caisses de retraite. Cela fait partie des missions assurées pour vous par la société de portage.

Ces cotisations sont calculées sur les salaires que vous percevez chaque mois, comme pour tous les autres salariés. Si vous enchaînez dans votre parcours professionnel des temps en entreprise avec un CDI classique et des temps de consultants portés, la continuité entre ces périodes est totale en termes d’interlocuteurs et de modes de calcul de votre retraite.

La retraite de base via la Caisse nationale d’Assurance vieillesse

La retraite des bases de tous les salariés est gérée par la Cnav (Caisse nationale d’Assurance vieillesse). Au niveau régional, les interlocuteurs sont les Carsat (Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail).

Le montant de votre retraite de base dépend de votre revenu annuel moyen sur les 25 meilleures années et du nombre de trimestres cotisés.

Important : si vous percevez des Allocations de retour à l’emploi entre deux missions de portage, ces périodes vous permettent de valider des trimestres. Par contre, ces revenus n’entrent pas dans le calcul du revenu annuel moyen.

Retraite complémentaire : Arrco pour tous et Agirc en plus pour les cadres

Les caisses de retraite complémentaire Agirc (Association générale des institutions de retraite des cadres) et Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) ont fusionné en 2019. L’Agirc-Arrco est désormais une seule organisation. Cependant, deux niveaux de retraite complémentaire sont maintenus.

Les cotisations à l’Arrco portent sur la part de salaires qui va jusqu’à 3 fois le plafond de la sécurité sociale, ce qui correspond à un montant annuel brut de 81 048 euros brut ou 10 131 euros mensuel. Le plafond de la sécurité sociale en 2019 a comme valeur : 40.524 euros (annuel) et3 377 euros (mensuel).

Lorsque le salaire brut dépasse 81 048 euros brut annuel ou 10 131 euros mensuel, des cotisations supplémentaires sont versées au titre de l’Agirc. Ces cotisations supplémentaires ouvrent des droits supérieurs au moment du départ en retraite.

Le montant de la retraite complémentaire, tant pour l’Arrco que pour l’Agirc, est calculé en fonction d’un nombre de points de cotisation cumulés qui est multiplié par la valeur du point à la date du départ en retraite.

Évolution du régime de retraite des indépendants

Le régime de retraite des indépendants, dont les micro-entrepreneurs, était géré par le RSI (régime social des indépendants). La structure administrative du RSI a disparu. La retraite des indépendants est désormais géré par l’Agence de Sécurité sociale pour les indépendants qui a intégré la structure administrative de l’Assurance Maladie.

Ce rapprochement diminue le nombre d’interlocuteurs pour les indépendants, notamment en cas d’enchaînement de différents statuts. Cependant le barème de cotisations des indépendants n’est pas aligné sur celui des salariés. Les montants des prestations restent distincts de ceux alloués aux salariés.

Pour les professions libérales, les cotisations sont toujours gérées par les Urssaf et la retraite des professions libérales par la Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL).